Mieux vaut prévenir que guérir

Je suis une aînée et je prends soin de mon mari malade. Heureusement, ma santé est bonne, mais mon mari a de nombreux problèmes médicaux et a besoin d’aide pour à peu près tous ses besoins fondamentaux. Il est pratiquement considéré comme une personne invalide, mais peut marcher de la chambre à coucher jusqu’au salon à l’aide d’un déambulateur. Il est sous oxygène à temps plein et sa respiration devient difficile au moindre effort. Il est à haut risque pour les chutes et est incapable de prendre un bain ou d’aller aux toilettes tout seul. Je contrôle tous ses médicaments, qui changent constamment. Je gère toutes les finances et les tâches ménagères. Étant la seule conductrice, je l’accompagne à ses rendez-vous chez le médecin et partout où il doit aller, avec difficulté. Et la liste pourrait s’allonger encore.

D’après ce que je peux voir, deux options s’offrent à moi pour l’instant. La première est de commencer à prendre des dispositions pour faire admettre mon mari dans un centre de soins infirmiers, et la deuxième est de prendre soin de lui moi-même. Pour l’instant, je fais tout ce que ferait un préposé aux services de soutien à la personne sans aucune aide et je réussis à m’en sortir. J’aurai 70 ans l’an prochain. L’assistance ou l’aide gouvernementale n’est pas une option pour nous. Ma question est la suivante : qu’adviendra-t-il de mon mari si je tombe malade? Le gouvernement dit qu’il souhaite que les aînés restent chez eux le plus longtemps possible, mais de ce que je peux voir, il n’offre aucune aide. Si je me blesse en essayant de prendre soin de mon mari ou que je tombe malade moi-même, que va-t-il se passer ensuite? Cela dit, mon mari reçoit une pension, contrairement à moi. S’il doit être admis dans un centre de soins infirmiers, pourrai-je garder ma maison et subvenir seule à mes besoins financiers? Notre revenu combiné est inférieur à 50 000 $ par année. Là-dessus, nos dépenses médicales s’élèvent généralement à 10 000 $. Comme le dit l’adage, « mieux vaut prévenir que guérir ». J’aimerais savoir comment d’autres personnes arrivent à s’en sortir dans la même situation, ou s’il existe d’autres options envisageables que je ne connais pas.

Aidez-nous à passer le mot. Partagez cette histoire avec votre famille et vos amis.
PARTAGEZ SUR TWITTER
Aimeriez-vous partager une histoire liée à votre expérience des soins de santé?
PARTAGEZ VOTRE HISTOIRE
Exigeons un plan
Joignez-vous à des milliers de Canadiens qui réclament une amélioration des soins aux aînés.
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form